Nous avons interviewé des enseignants de différents cycles et leur métier n’est pas forcément comme nous l’imaginions.

Nous pensions qu’être enseignant était un métier particulièrement simple: qu’il y avait peu d’études, beaucoup de vacances, qu’il fallait seulement ouvrir un livre et le faire lire à toute la classe, qu’il n’y avait pas de risque, donc pas vraiment d’inconvénients.

Mais nous nous trompions car les études pour devenir enseignant sont beaucoup plus compliquées que nous le pensions:

Parcours d’études

Parcours pour enseigner au cycle 1
Il faut avoir un certificat d'une école de culture générale ou diplôme reconnu d'une école du degré diplôme dispensant la personne concernée d’une formation de trois ans.

Parcours pour enseigner au cycle 2
Il faut avoir un certificat de maturité spécialisée, orientation pédagogie;
d’autres certificats du degré secondaire associés à un examen complémentaire dans les disciplines de culture générale;
le certificat de maturité professionnelle associé à un examen complémentaire dans les disciplines de culture générale.

Parcours pour enseigner au cycle 3
Il faut avoir un certificat du degré secondaire 2 dans les disciplines de culture générale;
un examen complémentaire organisé par le soin des HEP.

Les personnes voulant se reconvertir dans l'enseignement sont soumises à des conditions d'admission particulières.

Le parcours d’études pour devenir enseignant change selon les différents pays et selon les années dans lesquelles vous voulez enseigner.

Définition du métier d’enseignant

Le métier d’enseignant ne consiste pas uniquement à ouvrir un livre et à le faire lire à toute la classe. Selon le Nouveau Robert Méthodique, l’enseignant est la personne «chargée de l’enseignement», c’est-à-dire de «l’art d’enseigner, de transmettre des connaissances à un élève».
Selon cette définition, un enseignant devrait faire de l’enseignement, mais, selon certains des maîtres que nous avons interviewés , ils pensent faire parfois davantage d’éducation, même si la LEO chapitre 2 art. 5 dit «L’école assure, en collaboration avec les parents, l’instruction des enfants. Elle seconde les parents dans leur tâche éducative.» Donc ce n’est pas aux enseignants seuls de faire l’éducation des élèves, même s’ils ressentent trop de responsabilité dans cette tâche. A certains cours, nous sentons que quelques enseignants perdent du temps à faire de l’éducation

Avantages et inconvénients

Les avantages du métier sont qu’on peut être parent et enseignant en même temps car c’est un métier qu’on peut faire en pourcentage, il y a une grande place accordée à un temps librement géré, et bien évidemment il y a les vacances et on est toujours en contact avec la jeunesse.
Les inconvénients sont que les enseignants ont toujours leurs élèves et leurs cours dans leur tête, ils sont très vite fatigués nerveusement et il y a un stress ponctuel lorsque les enseignants doivent occuper leurs élèves.
Il y a peu d’inconvénients mais ils sont relativement dévastateurs.

Burnout

Ce métier a des risques, pas forcément physiques, mais plutôt psychologiques. Le burnout est composé d’une fatigue profonde, d’un désinvestissement dans l'activité professionnelle, d’un sentiment d'échec et d'incompétence. Ce syndrome d'épuisement professionnel est considéré comme le résultat d'un stress professionnel: la personne, ne parvenant pas à faire face aux exigences de sa profession, voit son énergie, sa motivation et son estime de soi baisser. L’éducation est le métier le plus touché par le burnout (plus de 15%).
Les enseignants sont soumis à un stress constant; de plus les élèves se montrent peu souvent reconnaissants envers le travail fourni par les enseignants, ce qui peut causer un certain découragement, voire un désinvestissement. Donc avant de pousser un enseignant dans ses derniers retranchements, réfléchissez-y à deux fois.

N. Schneider, J. Longet, L. Keel, B. Beharry

Sources

www.wikipedia.org
www.edk.ch (CDIP)