Notre initiative était basée sur les actes criminels. L’initiative consistait à rendre plus stricte les sanctions pénales.

Dans notre commission, que nous avons rencontrée mardi après-midi, nous nous sommes rendus compte que l’initiative n’était pas bien formulée. Les initiants n’étaient pas forcément au clair avec le texte et le sens de leur initiative et ils se contredisaient, nous donnant l’impression que nous étions mieux informés qu’eux sur le sujet.
Aussi, dans cette situation floue, la commission a proposé de rédiger un contre-projet.
Toutefois, lors d’une séance parlementaire, nous avons remarqué que le viol était un acte possible seulement sur des personnes de sexe féminin d’après l’article 190 du Code Pénal et donc était trop précis pour rentrer dans la Constitution. Notre groupe parlementaire ne trouvait pas correct de punir seulement les actes sexuels sur les femmes et trouvait que les hommes devaient aussi avoir la possibilité d’être défendus par la Justice.
C’est pourquoi notre groupe parlementaire a finalement proposé un contre-projet qui a été accepté par le Conseil National le jeudi après-midi. Le contre-projet s’intitulait « Le viol ou les contraintes sexuelles analogues à l’acte sexuel, sur une fille ou un garçon âgé de moins de 16 ans, doivent être punis d’une durée minimum de 5 ans et jusqu’à 25 ans de privation de liberté. Les peines pécuniaires sont impossibles. La différence d’âge joue un rôle. La peine pour un tel acte est imprescriptible ».
En fin de compte, c’était plutôt embêtant de participer à la séance de commission car la plupart des conseillers nationaux avaient envie de dormir et la traduction n’était pas simultanée et donc cela prenait énormément de temps pour que tout le monde se comprenne. Lorsque nous nous faisions contredire, nous ressentions de l’incompréhension et du mécontentement.
Petit à petit, nous avons compris que la politique n’est en aucun cas amicale. En effet, lors d’une alliance, il était difficile d’accorder sa confiance à un autre parti, étant donné que l’on ne connaissait ses membres que depuis trois jours. Il était tout de même intéressant de savoir ce que pensaient les autres fractions.
Cette semaine nous a beaucoup instruits au niveau politique et notre classe en ressort plus soudée qu’auparavant.
Nous tenons à remercier tous les accompagnants et organisateurs de cette fabuleuse semaine.

Pierre, Loukina, Jerushan, Arthur